Les constituants du sol, pas que de la terre ! (2/4)

Constituants du sol

Les constituants du sol, pas que de la terre ! (2/4)

Les constituants du sol sont aussi nombreux qu’ils sont complexes à étudier. Apprendre à les connaître permet de mieux comprendre les besoins de notre sol et de ce qu’il peut nous donner.

Dans cet article, tu verras que nous aborderons à la fois les constituants du sol « matériel », comme la matière organique ou les habitants du sol, et les constituants du sol « immatériel », comme les horizons. C’est partie pour la visite de cette fabuleuse habitation !

Des couches à l’horizon ?

Le premier constituant (immatériel) du sol que nous pouvons apercevoir quand nous creusons un trou dans notre sol sont les différents « étages » de cette gigantesque habitation. En effet, le sol peut se composer d’une ou plusieurs couches que l’on appelle officiellement « horizons ». Ces couches se forment sous l’action de différents processus physico-chimiques et biologiques, dictés par 5 facteurs :

  • Le climat
  • Le type de roche
  • La topographie
  • Le temps (qui passe)
  • Les organismes vivants (dont l’être humain !)

Ces horizons sont le plus facilement identifiables par un changement de couleur, léger ou drastique. Évidemment, d’autres critères peuvent aider à la différenciation des horizons que tu pourras connaître dans le prochain article !

La couleur est le premier critère de différenciation des horizons

Les minéraux, ce n’est pas seulement beau !

Le sol se forme le plus souvent à partir d’un substrat géologique, que l’on appelle la roche-mère. Cette dernière, par son altération, va échanger avec le sol des minéraux qui seront différents en fonction du type de roche.
La roche-mère correspond souvent à la roche en place, située tout au fond du sol. Toutefois, cette dernière peut également n’avoir aucune influence sur la formation du sol et faire office de support uniquement (roche-mère ≠ roche support).

Les deux grands types de roches

De manière générale, on distingue en pédologie (science du sol) deux grands types de roches :

  • Roches calcaires
  • Roches cristallines : granite, gneiss, etc.

Le type de roche-mère peut influencer différents paramètres du sol que tu apprendras à mieux connaître dans le prochain article :

  • Le pH (acidité)
  • La texture (taille des grains des minéraux)

Rendzine

Sol issu de roche calcaire (roche-mère)

Ranker

Sol issu de roche cristalline (roche-mère)

En pratique

La présence/l’absence de calcaire dans ton sol influence le pH et donc les plantes que tu pourras planter. Choisis des plantes adaptées au pH de ton sol !
Pour savoir comment tester la présence de calcaire dans ton sol ou le pH, retrouve bientôt notre article sur le déroulement d’une analyse de sol sur le terrain.

La matière organique : des organismes morts et plus encore !

Les végétaux colonisant le sol ainsi que tous les organismes associés au sol vont, à la fin de leur vie, s’y déposer et se faire décomposer par nos amis les animaux, les bactéries, les champignons, etc. Ces « organismes morts » déposés sur le sol, appelés communément « litière », sont transformés par décomposition en humus. Cet humus correspond à une couche organique située entre la litière et la terre dont les composés peuvent migrer dans le sol et l’enrichir en matière organique. Rappelle-toi l’odeur caractéristique des forêts, une odeur indescriptible mais que tout le monde connaît ! L’humus, c’est ça !

La litière protège et nourrit le sol de forêt. Une couche plus noire entre la litière et la terre correspond à notre ami l’humus !

Entre humus et permaculture

En permaculture, un sol fertile, riche et sain doit se rapprocher au plus près du fonctionnement d’un sol forestier. Une couche de litière et d’humus au-dessus du sol le protègent et le rendent productif naturellement !

Pour savoir comment protéger ton sol et le rendre fertile, retrouve bientôt notre article sur le mulch, le paillage, etc.

En pratique

Si ton sol est pauvre en matière organique, il faudra « le nourrir » pour que celui-ci deviennent productif !

Pour savoir comment évaluer la matière organique de ton sol, retrouve bientôt notre article sur le déroulement d’une analyse de sol sur le terrain.

Les citoyens du sol, actifs et solidaires !

Le sol est rendu vivant par une diversité incroyable d’organismes vivants :

  • Bactéries
  • Champignons
  • Protistes
  • Vers-de-terre
  • Insectes
  • Mollusques : escargots, limaces
  • Mammifères : taupes, mulots, etc.

Les escargots participent à la dégradation de la matière organique!

Un vers-de-terre épigé se promenant dans notre mulch.

Un champignon apparu dans nos buttes, probablement grâce au bois mort.

Ces organismes vont contribuer à la fertilité du sol par le biais de différentes activités :

  • Recyclage de la matière organique : permet de transformer les organismes morts en nutriments, à nouveau disponibles pour les plantes.
  • Aération du sol : la création de galeries par nos amis les vers-de-terre permet une meilleure aération du sol et infiltration de l’eau plus aisée. De plus, elles facilitent la pénétration des racines.
  • Formation de la structure du sol : les déjections de certains vers-de-terre, nommées turricules, sont à la base d’une structure grumeleuse fertile et du mélange entre matière organique et argile. Ce mélange est nommé le complexe agrilo-humique qui est à la base de la nutrition des plantes par sa capacité à distribuer les nutriments.

Vidéo illustrant la vie des vers-de-terre épigés qui dégradent la matière organique.

Et un tas d’autres bonnes choses !

Le sol est aussi rempli de choses que nous ne voyons pas, hormis les micro-organismes. Les sols naturels contiennent des pores de tailles multiples, remplis avec plus ou moins d’air ou plus ou moins d’eau.

La présence de pores remplis d’air est essentiel à la fertilité des sols. L’oxygène permet la présence d’organismes capables de dégrader la matière organique et donc de produire des nutriments pour les plantes. Comme dit plus haut, c’est les vers-de-terre qui permettent en grande partie d’aérer nos sols.

« Ni trop-ni trop peu d’eau » permet de créer la solution du sol, dans laquelle les nutriments peuvent « se baigner » et « nager »  pour finalement être captés par les végétaux.

 POUR ALLER PLUS LOIN:

Objectif-Sol : un site ludique pour appréhender ce qu’est un sol

Livre : Le sol vivant (2010), Jean-Michel Gobat, Michel Aragno, Willy Matthey

À propos de la rédactrice /

oph@enbasdecheztoi.ch

Poster un commentaire